Immobilier : 4 approches pour négocier l’achat de votre bien

Immobilier : 4 approches pour négocier l’achat de votre bien

immobilier-comment-negocier

Lors d’un achat immobilier, la négociation est fréquemment le moment le plus redouté par l’acheteur comme pour le vendeur. Vous avez déniché le bien de vos rêves mais malheureusement le prix affiché est trop élevé par rapport à votre capacité Nous allons ici, évoquer quelques pistes afin que vous puissiez optimiser votre négociation. A noter que ces dernières sont directement liées à la prise d’informations. Si vous connaissez mieux votre sujet, vous serez donc plus crédible, ce qui facilitera la négociation.

Se renseigner sur la durée depuis laquelle le bien est sur le marché :

Si un bien est présent sur le marché depuis plus de 3 mois, cela signifie que son prix est surestimé. Lors de l’achat, il s’agit d’un point que l’acheteur potentiel peut utiliser à son avantage. C’est une information capitale qui vous permettra de demander plus aisément la baisse du prix de départ. Certains outils comme Castorus vous permettent de retrouver les historiques des annonces immobilières en ligne. De la date de publication jusqu’à la baisse de prix.

Les raisons de la vente d’un bien peuvent aussi représenter des opportunités pour obtenir de meilleures affaires. Par exemple une séparation ou le remboursement d’un crédit immobilier sont des paramètres qui peuvent vous alerter sur le fait que le vendeur est pressé. Et c’est dans ce genre de situation que la marge de négociation est souvent la plus importante.

A LIRE : https://alternativecourtage.com/pret-etudiant-et-immobilier/

Comparer le bien ciblé avec ceux du même quartier :

Pour négocier au mieux l’achat de votre bien, il est également nécessaire de s’intéresser aux prix de de biens similaires dans le même quartier. Mais il est aussi important de comparer le prix avec des biens similaires qui ont déjà été vendus. Et si possible, des biens vendus depuis peu.

En effet, la base de données DVF vous permet de vous renseigner sur toutes les ventes qui ont eu lieu au sein d’une commune et pour chaque section cadastrale. Cela vous permet donc de disposer de certaines informations comme :

  • La date de la vente 
  • Le montant de la vente
  • Le type de bien (terrain, appartement, maison…)
  • La superficie du bien concerné

Les agences immobilières disposent aussi de bons outils qui permettent de prendre connaissance du marché local. Souvent, ces outils ou ces baromètres permettent d’avoir une meilleure vision du prix moyen au mètre carré. Pour chaque type de biens et avec parfois même la possibilité de filtrer par quartier. Une bonne connaissance des prix pratiqués vous donnera plus de crédibilité au moment de négocier un bien.

Enumérer vos leviers de négociation :

Il est question ici de dresser une liste de l’ensemble des défauts du bien. On peut citer des nuisances sonores, des défauts d’isolation ou encore des facteurs externes au bien comme proche d’un chemin de fer par exemple. Une ville mal desservie au niveau des transports en commun ou un manque infrastructures et de commerces de proximité constituent des éléments que vous pouvez utiliser à votre avantage.

Des travaux de rénovation ou de rafraichissement, des charges de copropriété trop élevées, sont aussi des facteurs à intégrer dans votre argumentation de négociation. Pour cela il est conseillé de visiter plusieurs fois le bien afin que rien ne vous échappe pour ainsi relever le maximum de defauts. D’autres caractéristiques permettent aussi de négocier un bien. C’est notamment le cas d’un appartement situé en rez-de-chaussée. Ces biens sont moins demandés et peuvent alors faire l’objet d’une négociation plus large. A contrario, un appartement situé dans les étages les plus élevés mais dans une copropriété sans ascenseur est aussi un point à ne pas oublier au moment de négocier le prix. Au moment de vos visites, il faudra aussi se concentrer sur d’autres paramètres comme la luminosité du bien. Un bien sombre représente alors lui aussi un levier de négociation important.

A LIRE : https://alternativecourtage.com/articlemprunter-en-couple/

Il faut oser négocier :

Après avoir relevé l’ensemble des paramètres et que vous disposez d’arguments pour faire baisse le prix, il va falloir engager la phase de négociation. Il est conseillé de proposer un prix inférieur à celui pour lequel vous souhaitez investir. Généralement, le vendeur vous fera alors une contre-offre. Cette dernière pourra potentiellement être plus faible que le montant maximum que vous souhaitiez. Il est même possible que le vendeur accepte votre première proposition. Mais si vous passez par une agence immobilière pour l’achat, laissez gérer l’agent immobilier qui connaît bien son marché et a les compétences nécessaires. Pour la négociation, il est également conseillé de fixer une date limite de réponse au vendeur. Cette deadline permettra souvent de jouer favorablement.

En France, selon le baromètre LPI-Seloger de février 2021 la marge de négociation diminue à l’échelle national. Sur une période d’un, elle n’est plus en moyenne que de 4,2. Les marges sont très différentes d’une région à l’autre et selon le type de bien (appartement, maison ou terrain). Ainsi, une négociation de 5 % sera sur certains biens impossible à envisager tandis que pour d’autres, il sera plus facile, voir logique, de proposer un prix inférieur de 10 à 15 %.