PER et assurance vie : Que choisir ?

PER et assurance vie : Que choisir ?

per-assurance-vie-que-choisir

Malgré que ces deux placements soient des systèmes de retraite par capitalisation, plusieurs éléments, notamment fiscaux, les distinguent. Nous allons dans cet article faire en sorte vous apporter certains de ces éléments pour les comparer en connaissance de cause.

Deux contrats qui se ressemblent :

Avant de présenter les points de différences entre un contrat d’assurance vie et un plan d’épargne retraite, commençons par relever leur familiarité. Pour commencer, l’un comme l’autre sont des contrats règlementés, ils sont donc encadrés légalement. PER comme assurance vie sont ce que l’on qualifie “d’enveloppes fiscales”. C’est à dire qu’il s’agit de contrats qui proposent des supports financiers sur lesquels sera placé votre argent. Ces supports financiers peuvent être des SCPI ou encore des OPCVM.

Dans les deux cas le souscripteur est le seul maître à bord. C’est ce dernier qui décide du niveau de risque de son placement. De ce choix, dépendront donc les supports financiers choisis pour placer votre argent.

Le fonctionnement de ces produits est aussi très proche, à savoir :

  • Phase d’épargne, durant laquelle le souscripteur viendra placer des fonds dans les supports choisis (fonds euros, unités de compte, contrats mixtes…)
  • Phase de sortie : le souscripteur reçoit alors un capital ou une rente, comme prévu dans les conditions du contrat.

Au niveau de la rentabilité, il semblerait que PER et assurance-vie soient à égalité, sur les fonds garantis. Sur les fonds pour lesquels le capital n’est pas garanti, la comparaison dépend avant toute chose du gestionnaire du fond. Et non des caractéristiques internes du produit.

A LIRE : Allègement des conditions d’octroi des crédits immobiliers

Comparatif des deux produits : 

Dans cette partie, nous allons nous pencher sur la phase d’épargne. En prenant en compte les conditions de versement ou encore de rachat.

Pour élaborer une épargne, le PER offre une plus grande élasticité que le contrat d’assurance-vie. En effet, ces contrats ne sont pas soumis à un plafond minimum ou maximum de versement et ces derniers peuvent être faits régulièrement ou non. Pour un grand nombre de contrats d’assurance-vie, les versements se font à l’ouverture et / ou à des périodes ciblées. Tous les trimestres ou chaque mois par exemple. Cependant, il existe aussi la possibilité de convenir un contrat dont les termes pointent la possibilité de verser librement, aux dates que vous aurez choisies. Cela dépend donc du type de contrat signé.

Les rachats sont techniquement impossibles avec un PER. Via le contrat d’assurance-vie, vous pourrez alors retirer les sommes que vous aurez placées. Mais cette manœuvre vous fera perdre vos avantages fiscaux. Chaque demande de retrait des fonds doit être traitée par l’organisme d’assurance-vie dans un délai de 30 jours. Afin de ne pas perdre ces avantages fiscaux, vous devez savoir qu’il est possible de demander une avance sur son contrat d’assurance-vie. Les modalités de cette clause doivent en effet être précisée dans le contrat.

Si la demande d’avance est un point favorable pour l’assurance-vie, ces contrats ne peuvent être transmis chez un autre organisme. A contrario du PER sur lequel vous pourrez faire jouer la concurrence. En particulier si les rendements vous paraissent moins attrayants. Sur ce point, le PER offre donc plus de flexibilité. En effet, si vous changez de gestionnaire pour un contrat d’assurance vie vous devrez clôturer le contrat pour en ouvrir un autre.

Que penser du volet fiscal ?

Avec le PER comme avec l’assurance-vie, les conditions générales permettent de disposer de conditions fiscales plus qu’avantageuses, pendant la durée du contrat mais aussi lors de la phase de sortie. Or pendant la durée du contrat, seul le PER propose des conditions fiscales satisfaisantes. A l’inverse, à la sortie, c’est le contrat d’assurance vie qui permet de bénéficier d’une fiscalité réduite.

Lors de la phase d’épargne, le PER permet en effet de déduire fiscalement les versements effectués de son imposition sur le revenu. C’est un dispositif très intéressant, dans le cas où vous êtes dans une tranche d’imposition haute. Par exemple, si vous êtes dans la tranche d’imposition à 30 %, un versement de 10 000 euros par an sur votre PER pourra vous faire économiser 3000 euros d’impôt sur le revenu. Il s’agit d’un des facteurs qui rendent le PER très attractif.

La fiscalité de l’assurance-vie est quant à elle avantageuse à la sortie et après au moins 8 années de détention du produit. En effet, opter pour une sortie en capital de son contrat permet un certain nombre d’avantages comme l’abattement annuel de 4 600 euros par personne. Une somme portée à 9 200 euros pour un couple titulaire d’un contrat d’assurance-vie. Très concrètement, cela signifie que les intérêts de votre contrat d’assurance-vie ne sont imposés qu’au-delà de ce seuil. Un avantage que le ou les titulaires pourront alors répéter, année après année.

A LIRE : Tout savoir sur le baromètre LPI Seloger d’Avril 2021

Pour les personnes qui préparent leur succession, l’assurance-vie vous offre aussi des avantages fiscaux. Avec un adoucissement de la fiscalité sur le calcul des droits de succession. Ce avantage fiscal dépendra alors de deux éléments :

  • Le montant des primes versés au contrat après que le bénéficiaire ait plus de 70 ans.
  • Le montant de la prime par bénéficiaire du contrat. Avec un prélèvement de 20 % pour les primes non soumises au droit de succession et supérieure à 152 500 euros par bénéficiaire.

Quels sont les paramètres sur lesquels se baser pour choisir ?

Il ne saurait exister un produit qui soit intrinsèquement meilleur que l’autre. Tout dépend donc avant tout de votre profil, de votre situation actuelle et de vos horizons de placement. Voici donc une liste des paramètres à considérer pour prendre la meilleure décision :

  • La disponibilité des fonds : avec l’assurance-vie, les fonds sont disponibles pendant la phase d’épargne. Ce n’est pas le cas avec le PER pour lequel les sommes sont bloqués jusqu’à la retraite, en dehors des cas de déblocage anticipés.
  • Motifs de constitution de l’épargne : Si vous préparez une succession, l’assurance-vie nous semble être un produit plus adapté que le PER. Selon chaque cas personnel, un produit pourra être à privilégier.
  • Les frais de fonctionnement : sur ce point, difficile de considérer un type de contrat moins onéreux qu’un autre. Tout dépendra de l’organisme auprès duquel le PER ou l’assurance vie est souscrite. Un comparateur en ligne pourra vous aider à choisir le produit le moins onéreux.
  • La situation actuelle : Les ménages qui paient beaucoup d’impôt sur le revenu cherchent souvent à opter pour un PER en lieu et place d’un contrat d’assurance vie. Ces produits leur permettront alors de soulager la pression fiscale.

Pour l’assurance vie, si les fonds sont disponibles à tout moment, il n’est pas judicieux de les retirer, surtout avant une durée de 8 ans. Vous pourriez certains de vos avantages fiscaux. Quoi qu’il en soit, le PER semble plus adapté pour préparer sa retraite, tandis que le contrat d’assurance vie peut couvrir plus de cas de figure en même temps qu’il offre plus de libertés. Comme la succession par exemple.

Pour les assujettis fortement imposés, le PER pourrait constituer un produit encore plus intéressant que l’assurance-vie, à fortiori si les rendements des deux produits tendent à s’effondrer comme c’est le cas depuis quelques années.